"La perfection est atteinte, non pas lorsqu'il n'y a plus rien à ajouter, mais lorsqu'il n'y a plus rien à retirer"

Antoine de St-Exupéry

En marge de la recherche classique s’intéressant à la création de produits de confort complexes, une recherche parallèle réfléchit sans objectifs économiques au bien-être commun des Hommes et de la planète.

Ce cahier des charges un peu particulier conduit d’abord à repenser les objets du quotidien pour les rendre plus autonomes et neutres écologiquement tout en valorisant les connaissances, les ressources locales et les savoir-faire…


LOW-TECH, KEZAKO ?

noun_110568_cc
DO IT YOURSELF

DIY est le maitre mot de la communauté des low-techers. Tutoriels, fiches explicatives et communauté d’échange vous aident à vous approprier les low-tech.

noun_201551_cc
FABRICATION LOCALE

Les low-tech doivent pouvoir être conçue à partir de ressources locales et parfaitement intégrées à leur contexte d’utilisation.

noun_234543_cc
FAIBLE IMPACT ÉCOLOGIQUE

De sa fabrication à son utilisation, la low-tech est pensée pour consommer mieux et moins.

noun_142726_cc
ÉCONOMIQUE

Pensées pour être peu énergivores et fabriquées par l’utilisateur lui même, les low-tech permettent de réduire les coûts

noun_188624_cc
RÉPARABLE

L’obsolescence programmée n’est pas dans le vocabulaire des low-tech. Nombre de ces technologies sont modulaires : il est simple de remplacer un élément défectueux par un autre.

noun_17592_cc
POUR TOUS

Les low-tech s’adresse à tout le monde. Tant aux pays en développement qu’aux pays riches, aux villes qu’aux campagnes.

Des technologies délaissées par la recherche

Malgré leur intérêt, peu de recherche est faite sur ces systèmes utiles à des millions de personnes dans le monde, dans les pays en développement comme dans les villes. Les acteurs du développement manquent souvent de moyens (humains, financiers, matériels) pour accélérer l’innovation et le partage des savoirs.

90 % des chercheurs et designers travaillent pour les 10% le plus riche du monde. E.Smith, @designother90

Historique

L’intérêt pour les systèmes low-tech n’est pas récent. Il est déjà formalisé dans les années 70 par l’économiste E.F.Schumacher, précurseur de la pensée écologique en économie/ politique dans son ouvrage Small is Beautiful : A study of Economics As If People Mattered.

Que l’on adhère ou pas à sa vision radicale qui reproche à l’homme de gaspiller « le capital que représente la nature vivante », on peut reconnaître à cet auteur la vulgarisation du concept de « technologie appropriée » ou « technologie intermédiaire » («appropriate technology» en anglais) et la démonstration de leur intérêt pour les populations des pays en développement, pour des sociétés aux systèmes de travail et production différents.

L’OCDE réalise à l’époque d’importants investissements pour cette recherche, mais les programmes sont abandonnés avec l’élection du républicain Ronald Regan en 1980.

Plus récemment, le concept est de nouveau popularisé par Navi Rajou avec l’innovation Jugaad ou innovation frugale « L’innovation Jugaad. Re- devenons ingénieux !« 

Dès le départ, la conception de ces innovations, a été pensée en marge des systèmes de recherche traditionnels, gagnant à être menée de façon libre et collaborative.

Dans les années 70, on observe des tentatives avec les premières plateformes de recherche collective et open-source (en licences libres), les wikis. On parlait alors d’OSAT « open-source Appropriate Technologies » avec par exemple des plateformes comme Appropredia et Howtopedia.

Concrètement, une low-tech c’est :

Le cuiseur par gazéification TLUD


Le cuiseur Mwoto TLUD (pour Top Lit Updraft) a été développé en Ouganda lors d’un projet du CREEC. Ce type de cuiseur fonctionne sur le principe de la gazéification, il s’allume par le haut et est très performant. Simple de fabrication, il consomme 5 fois moins de ressources qu’un feu classique et peut-être utilisé avec de nombreux types de biomasses sèches.

L’éolienne de William Kamkwamba


William Kamkwamba est un jeune originaire du Malawi, un pays gravement touché par la famine et la pauvreté. A 14 ans, il décide de trouver une solution au problème d’électri- cité de la maison familiale. William n’a pas d’expérience, pas d’argent et pas de connaissances spécifiques, mais un ami lui a parlé un jour du système éolien… Seul, il apprend rapidement le fonctionnement et construit une éolienne avec des matériaux de récupération. C’est ça l’esprit low tech !

Suite à sa réalisation, William Kamkwamba a donné une conférence TED. Voir

Le dessalinisateur solaire Eliodomectico


Gabriele Diamanti, designer diplômé, a créé un four solaire permettant de transformer l’eau de mer salée en eau potable. En chauffant l’eau de mer grace au soleil, la pression créée par l’évaporation dans un premier réceptacle poussera la vapeur dans un tuyau qui mènera à la condensation dans un second réceptacle. L’eau issue de cette condensation sera libérée de toute salinité. Au total, 5 litres d’eau potable peuvent être recueillis chaque jour grâce à ce système. L’invention est complètement libre de droits, ce qui signifie que n’importe qui peut créer cette machine chez soi !

Contactez-nous

Une remarque ? Une question ? Envoyez-nous un message !

En cours d’envoi

©2017 Lowtechlab.org - créé par Gold of Bengal

Nomade des Mers & LTL, un projet Gold of Bengal

Gold of Bengal est une association 1901 oeuvrant pour l'émergence d'innovations utiles et responsables.
Retrouvez les liens utiles et les autres sites de GOB

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?