[NOMADE DES MERS] Nicaragua, du sable et des bactéries pour purifier l'eau !

Date de publication : 23 mars 2021
Auteurs : Caroline Pultz, Guénolé Conrad.
Localisation : Nicaragua

Au lendemain de la journée mondiale de l’eau, 1,8 milliard de personnes n’ont toujours pas accès à de l’eau potable sûre (source: OMS). Pourtant des solutions simples et éprouvées existent pour purifier l’eau !
Le mois dernier, Corentin et Caroline rencontraient blueEnergy, une ONG du Nicaragua qui met en place des solutions low-tech avec les populations locales depuis presque 20 ans.

2021-01-28-nicaragua_blueenergy-filtrebiosable-in-situ-low-tech-lab.jpg
©blueEnergy

Bluefields, une ville sans réseau d’assainissement.

À peine arrivés au Nicaragua, nous débutons 2021 par une traversée du pays en 20h de transport en commun direction Bluefield, capitale de la Région Autonome de la Côte Caraïbe Sud. Cette ville de 50 000 habitants, retirée et au milieu d’une jungle épaisse, essuit régulièrement de violents ouragans. Plus de 90% de la population n’a pas accès à l’eau potable et pour causes: les déjections fécales et la pollution de l’eau. En effet, les habitants utilisent l’eau qu’ils recueillent de puits rustiques, souvent creusés à la main et de trop petite profondeur derrière leur maison. Faute de moyens pour construire correctement ces puits, l’eau est facilement contaminée par des détritus, les animaux, les écoulements de la ville, les effluents de latrines voisines, généralement construites trop près des puits.

2021-01-28-nicaragua_bluefield-fisherman-low-tech-lab.jpg
©Low-tech Lab

blueEnergy, des solutions low-tech pour et par les communautés locales.

Nous sommes chaleureusement accueillis à blueEnergy, une ONG dédiée au développement de projets à échelle communautaire sur les thématiques de l’accès à énergie, à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène et à la sécurité alimentaire. Le tout de manière accessible et appropriable par tous. Nous arrivons au “Centro Modelo”, une base démonstratrice où l’on retrouve de l’agriculture biointensive, une banque de graines, des toilettes sèches avec douche intégrée et toiture de récupération d’eau de pluie, un système de phytoépuration, une centrale photovoltaïque, des foyers à économie de bois, etc. Un vrai paradis des low-techs qui permet aux personnes de voir concrètement ces solutions en action !

2021-01-29-nicaragua_blueenergy-team-low-tech-lab.jpg
©Low-tech Lab

Atelier de fabrication d’un filtre de biosable

Depuis 2009, blueEnergy construit et installe des filtres à eau, des puits profonds et des latrines pour améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement de la région. Leur programme a déjà bénéficié à plus de 16 000 personnes!

Avec Carlos, un des employés, nous participons à un atelier de construction de filtre biosable. Nous moulons un réservoir avec du ciment qui sera rempli de différentes strates de graviers et de sable. Car en réalité, la purification de l’eau repose sur un simple processus mécanique de filtration lente…

2021-01-29-nicaragua_blueenergy-filtrebiosable_sables-low-tech-lab.jpg
©Low-tech Lab

L’eau est versée en haut du filtre. Par gravité, l’eau traverse alors lentement la couche de sable, puis de graviers, avant d’atteindre le tuyau à la base du filtre. A cet endroit, l’eau est poussée à travers le tuyau encastré dans l’enveloppe de béton et sort du filtre, prête à l’usage. Comme pour tous les filtres à sable lents, il y a une combinaison d’actions biologique et mécanique. Les composants organiques de l’eau versée par le haut restent à la surface du sable fin et forment (au bout d’une à trois semaines) un film bactérien dans lequel des micro-organismes consomment les agents pathogènes présents dans l’eau. Les virus sont aussi stoppés par les grains de sables, et l’espace entre les grains diminue avec le temps pour bloquer les particules plus petites.

2021-01-29-nicaragua_blueenergy-filtrebiosable_demontage-low-tech-lab
©Low-tech Lab

Et en pratique?

Nous avons rencontré Jane dans le quartier de Santa Rosa. Elle nous explique qu’il faut utiliser le filtre tous les jours avec une eau de la même provenance pour que la couche bactérienne reste toujours vivace et adéquate. Le filtre de biosable a spécialement été conçu pour les usages intermittents ou domestiques et doit rester à un endroit fixe au vu de son poids. Dans certains cas, le filtre en céramique est donc préférable.

2021-01-28-nicaragua_blueenergy-filtrebiosable-itw-low-tech-lab.jpg
©Low-tech Lab

Pour terminer notre quête, l’équipe de blueEnergy nous emmène au “Barrio Canal”, un quartier de cabanes sur pilotis en première ligne de mire face aux ouragans. Il faudrait encore des tas de filtres pour ces populations d’ici et d’ailleurs. Et ça tombe bien, car il peut être fabriqué n’importe où dans le monde! En effet, le Center for Affordable Water and Sanitation Technology (CAWST), l’organisme qui a désigné ce système dans les années 90, diffuse ces techniques au plus grand nombre. Déjà plus de 1700 organisations dans 52 pays du monde ont été formées. blueEnergy est l’une d’entre elles.

Encore un bel exemple d’une solution low-tech, diffusée à grande échelle grâce à l’open-source !

2021-01-28-nicaragua_blueenergy-puits-blueenergy_jocelin-et-esmelda-low-tech-lab.jpg
©Low-tech Lab

Contribuez à l’enrichissement des outils collaboratifs

Depuis plusieurs années, la communauté du Low-tech Lab observe et recense les initiatives low-tech : Évènements, base de données et cartographie, ressources documentaires… tout est là.

Cherchez, trouvez mais surtout, contribuez car ces outils sont ouverts à tous !

Nous soutenir

Faire un don

Le Low-tech Lab est une association loi 1901 d’intérêt général. Vous pouvez soutenir ses actions en faisant un don.

Devenir partenaire

Vous souhaitez soutenir activement le Low-tech Lab et ainsi contribuer au mouvement low-tech ?

Nos partenaires