[EN COURS] Biosphère, capsule en milieu aride

biosphere_dessin

Zone d’expérimentation : Basse Californie, Nouveau Mexique
Date d’expérimentation : 2022-2023
Porté par : Corentin de Chatelperron, Caroline Pultz

En 2018, pendant son tour du monde de la low-tech, Corentin de Chatelperron avait lancé le projet « Biosphère ». Quatre mois de vie sur un radeau de bambous avec à bord une série de low-tech, en quête d’un équilibre entre écosystème et besoins primaires et entre autonomie et ergonomie. Corentin, laborantin curieux et intrépide, s’inspire de cette première expérience et des 53 systèmes glanés avec le Nomade des mers, pour lancer cette année : “Biosphère, capsule en milieu aride”. Cette nouvelle aventure intervient après six années durant lesquelles les systèmes ont prouvé leur fiabilité. Cette fois, le binôme Corentin de Chatelperron et Caroline Pultz sera accompagné pas à pas par une variété d’experts à terre, dont les travaux seront appliqués et éprouvés au sein de cette cellule de vie dont l’installation est prévue pour l’hiver 2022.

La Basse-Californie (Mexique) est le lieu qui a été choisi pour installer leur base de campement. Là-bas y fusionne les problématiques de l’évolution climatique actuelle. Pour Corentin et Caroline, il semble indispensable de composer avec les tendances que nous observons et d’anticiper l’habitat du futur au regard des températures croissantes. Ce postulat tourne le dos aux considérations pessimistes qui prédisent la déstabilisation de l’être humain dans un contexte de grande sécheresse. Suivant un objectif de résilience, et à l’image d’un concept-car, cette biosphère souhaite faire coïncider outils sains, pérennes et désirables. Pour cette nouvelle étape, “Biosphère, capsule en milieu aride” cherche à dissocier l’image archaïque parfois apposée aux low-tech afin d’écrire un futur qui se conjugue avec sobriété.

Convaincue de l’intérêt que représente l’expérimentation, la chaîne Arte est partie prenante pour suivre Corentin et Caroline dans cette aventure. Les formes que prendront cette nouvelle collaboration seront dévoilées dans les prochains mois.

2 QUESTIONS À CORENTIN

En quoi “Biosphère, capsule en milieu aride” diffère-t-elle de la première version de la Biophère testée en Thaïlande en 2018 ?

Depuis 2018, la poursuite du tour du monde de Nomade des Mers et la découverte de nouvelles low-tech permet d’imaginer une version plus performante de cette base vie. Au cours des 25 escales, nous avons documenté plus de 50 low-tech et 25 ont été implantées à bord du bateau. L’écosystème biosphérien sera basé sur ces 25 low-tech déjà éprouvées par la vie à bord.
À la manière d’un concept car, la Biosphère, capsule sera un démonstrateur expérimental d’un futur low-tech. Pour se projeter, on a besoin de voir et de toucher l’avenir. C’est ce que nous voulons proposer.
Mais la grosse différence avec la première expérience biosphère low-tech, c’est que nous souhaitons travailler sur la désirabilité et le design des low-tech pour créer l’imaginaire d’un futur low-tech souhaitable. Année après année, les innovations low-tech intéressent de plus en plus de monde, autant dans des pays riches que pauvres. Cependant, elles renvoient trop souvent une image qui évoque le bricolage, voire un retour en arrière. Le projet de Biosphère LT2 a la vocation de contrer cette image dévalorisante et permettre d’imaginer un futur low-tech désirable et des modes de vie sains et durables. La Biosphère LT2 doit stimuler une réflexion sur notre manière d’habiter la Terre, notre rapport au vivant et la direction que doit prendre notre progrès.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos choix de lieux et de design pour cette deuxième expérimentation biosphérienne ?

La “Biosphère, capsule en milieur aride” sera testée pendant 4 mois à l’hiver 2022-2023 dans un lieu isolé et aride, en climat chaud, en bordure de mer. Pourquoi ? Les milieux arides s’étendent chaque année. Actuellement les surfaces terrestres dites arides couvrent 41% de la planète et concernent un habitant sur 3. Ces conditions climatiques difficiles concernent de plus en plus de monde et sont donc intéressantes pour un démonstrateur.
Nous serons deux cobayes, Caroline Pultz et moi-même. Caroline a fait des études de design et son regard pour rendre la low-tech désirable est essentiel dans notre objectif de construction d’un imaginaire.

Nous soutenir

Faire un don

Le Low-tech Lab est une association loi 1901 d’intérêt général. Vous pouvez soutenir ses actions en faisant un don.

Devenir partenaire

Vous souhaitez soutenir activement le Low-tech Lab et ainsi contribuer au mouvement low-tech ?